Tabac et covid-19, des liens qui questionnent…

De nombreuses études sont parues ces derniers mois qui indique un lien entre le tabagisme et le développement chez un individu de la Covid-19. Certaines études, plus médiatisées que d’autres, laissent penser que les fumeurs sont plus protégés du virus alors que d’autres montrent le contraire.

Au début de la pandémie, certains chercheurs comme Roengrudee Patanavanich, chercheur thaïlandais, ont nié les risques du tabac dans le développement de la Covid-19, car la « prévalence du tabagisme était plus faible chez les patients malades que la population générale ». En Chine, deux études ont été publiées en février montrant que les patients fumeurs étaient moins affectés par la maladie. Par la suite, Roengrudee Patanavanich a précisé que « la faible prévalence pouvait-être due à une sous-évaluation du tabagisme chez les patients hospitalisés » liée aux difficultés de collecte et au manque de précisions des informations recueillies par des systèmes de santé « souvent débordés ».

 Le tabac, jouerait-il un rôle protecteur ? Ce type d’interprétation statistique demande une grande rigueur pour ne pas tomber dans ce que Peter Skrabanek appelle « la factrologie du risque », c’est cette tendance naturelle qui peut parfois nous faire penser, à tort, que si deux choses sont associées, c’est que l’une est cause de l’autre. Or ce n’est pas forcément le cas. Par exemple : des doigts jaunes sont associés à la présence d’un cancer du poumon. Mais est-ce que des doigts jaunes peuvent causer un cancer du poumon ? Une hypothèse plus crédible serait que la cigarette a causé à la fois des doigts jaunes et un cancer du poumon.

corona-4959447_1920.jpg

Une méta-analyse d’une vingtaine d’articles scientifiques venant de Chine, de Corée et des Etats-Unis confirme que le tabagisme augmente le risque de progression du virus. Suite à ces publications, le Haut Conseil de la Santé Publique a souhaité mettre en place une étude afin de déterminer si les données épidémiologiques permettent de mettre en évidence une relation entre le tabac et le développement d’une affection symptomatique de la Covid-19. Le HCSP a collecté des données issues de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, s’est appuyé sur une revue de la littérature et a échangé avec des chercheurs ayant conduit des études sur ce sujet. La confirmation que le tabagisme est un facteur de gravité et d’évolution péjorative dans le cas une affection de la Covid-19 est cohérent avec les études déjà menées pour d’autres infections respiratoires.

En effet, la Covid-19 est une affection qui touche particulièrement les voies respiratoires. Le tabagisme affaiblit le système immunitaire des fumeurs et leurs capacités pulmonaires, rendant ainsi l’organisme moins résistant à la Covid-19 mais aussi à d’autres agents pathogènes. Il est aussi un facteur important de risque pour les maladies cardiovasculaires, les cancers ou encore les affections respiratoires. Ces maladies sont connues pour provoquer des formes graves du COVID-19.

Les informations s’accumulent autour de la Covid-19, il faut sans doute attendre un peu et s’armer de rigueur pour faire le tri entre les hypothèses. Gardons en tête que le temps des études scientifiques est un temps que l’on peut difficilement économiser sans risquer de raccourci ou d’imprécision dans les résultats.

Pour aller plus loin: ressources à télécharger: